1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Opéra carnassier au fond d'un parc

Aller en bas 
AuteurMessage
Octave de Roop
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Opéra carnassier au fond d'un parc   Ven 8 Aoû - 17:59

Le vent ce soir-là était presque inexistant, et ne caressait le visage de personne.
Un homme qui marchait tout droit depuis plusieurs années cessa soudainement de regarder devant lui. Il leva la tête du sol, et scruta les alentours. Cet homme de la ville, cet éternel égaré, était conscient que chacun, en ce moment même, préparait avec soin ses armes.
A peine la ville de Métropolis était née, que déjà on avait qu'une idée en tête dans les associations naissantes, un seul et unique but à atteindre : prendre le pouvoir.
Les habitants s'empressaient de s'aglutiner autours des principaux révolutionnaires du moment comme s'accumuleraient des microbes autours de plaies fraîchement ouvertes. Bientôt, ce serait l'hémorragie totale, les nuages noirs et la pluie de sang. Au sommet de l'Hotel de Ville, adossé au soleil, une hirondelle essayait de faire le printemps.

Dans le petit parc de Métropolis, seul dans son grand manteau, se promenait Octave, les bras dans le dos et la mine éteinte. Sa démarche était comme à son habitude, posée et solenelle. Tel un philosophe obscur, chaque seconde passée les yeux dans le vague faisait germer en lui de nouvelles lumières...

Sur un fond noir, il prit une idée simple. Un élément naïf. Il le comprima, le retourna dans tous les sens, l'élargit, le cassa, le déforma. A force de pliures, Octave a pu faire entrer à ses côtés un petit rouage. Il y mit le feu. La toile assistait à un ballet d'anthracite en feu. Une sècheresse programmée s'installa dans ce lieu hostile.
Après avoir fait l'addition de nombre de paramètres, il rajouta une pièce à cette machine qui attendait fébrilement de tourner.

Enfin, après des heures de reflexion, tout ce noir s'illumina, mais cette lumière n'était pas belle, elle était en fait la plus jaune et la plus aveuglante dont on puisse jamais rêver... Une laideur insupportable... Ce fut réellement indescriptible, comme une lumière sombre, sans espoir, sans clarté. Elle éclairait un colossal entrepôt.
Les engrenages s'écarquièrent, les mécanismes crièrent, puis ronflèrent au fur et à mesure qu'on les transperçait d'éclairs, les clefs et les pistons entamèrent une danse macabre, tandis que les tuyaux travaillèrent à véhiculer des fumées d'horreur.
D'immenses pièces à l'argent décoloré, dominantes, hautes de plusieurs mètres, cliquetèrent avec une lenteur calculée...
Dans tout cet opéra funèbre, le calcul imposait sa marque sévère.
La machine ouvrit des yeux huileux et cracha dans une volute de cendres un sifflement strident. A cet instant, la danse commença.

Quand enfin, toute poésie est morte, quand enfin l'humain à bout de souffle et sa machine n'ont plus qu'un seul coeur commun, et que ses battements scellent le dernier rivet d'une machine à mouvement perpétuelle, alors la grande parade peut commencer.
Des litres de plomb fondu font rougir les tuyaux, des tonnes de fonte font rugir les hauts fournaux, dont les feux infernaux font s'élever dans le ciel une âcre volute au halo malfaisant. En bas, la machinerie brûle d'inpatience de se faire maltraiter. L'humain, névrosé, prit d'un rire démoniaque, s'élança au coeur de sa créature, et plongea, longuement et tragiquement, comme un ange tomberait du ciel...

Plus personne n'était aux commandes. La machine, libérée du joug de son machiniste, décrèta l'anarchie destructive en son sein, et son cerveau chaotique se désolidarisa de son corps prit de convulsions incontrôlables...
Comme dotée dès lors d'un esprit que la vapeur aurait rendu malade, la mécanique tourna de plus en plus vite. Les frottement de l'acier sur l'acier arrachaient des hurlement de douleur au mastodonte, et toutes les pièces vibraient, tintaient, comme sous l'enchantement de déesses malfaisantes. Les bielles coulissaient au rythme saccadé des cames qui tombaient lourdement sous un piston rutilant. Enfin, comme acte final à cette tragédie industrielle, les tuyaux se déssoudèrent, les soufflets se mirent à fondre, les cuves laissèrent s'évader toute leur pression, les vis et les rivets furent expulsés tels des balles de fusils, rebondissant sur les murs de l'entrepôt, l'installation s'écroula, et le monstre difforme finit par s'abattre au sol dans un ultime grondement puissant. Fin de l'acte.

Octave avait des machines qui sans cesse, jour et nuit, tournaient dans sa tête, et jouaient des requiems.
Le vent ce soir-là était presque inexistant, et ne caressait le visage de personne.

_________________
------------------------------------------
Octave de Roop - In Gold He Trust
[L'homme de 1837 calcule au fond de son bureau victorien. Sa Victoire se dessine...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave de Roop
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Opéra carnassier au fond d'un parc   Sam 20 Sep - 19:14

Horreur : Octave riait. Quand un triste si malfaisant riait, cela ne pouvait être annonciateur que d'une tragédie.

Ce matin encore, il était vierge de tout méfait. Il était toujours assis, comme depuis plusieurs nuits déjà, à son bureau. Sa tête était chaude, De Roop n'arrêtait plus de penser. Des machineries aux multiples branchages, aux arbres épars bruitaient dans son esprit. Trouver. Il lui fallait trouver pour susbister, pour continuer à exister, pour voir encore le nom de son Monstre figurer sur des actions, pour garder sa fortune en bonne santé.

Comme il avait déjà veillé plusieurs jours, sa réflexion se fit de plus en plus terrible, de plus en plus chaotique. Les pièces de la machine devenaient blanches sous l'effet de la friction. Les oreilles lui sifflaient de par le travail des rouages les uns avec les autres.
De cette surchauffe surnaturelle naquit finalement une idée. Un démon.

Octave soupira. Il se leva avec lenteur et déplia son corps recroquevillé sur sa tablel de travail. Il se dirigea vers la fenêtre, l'ouvrit et soupira de nouveau. Dehors, un éclat de lumière s'aventura à taquiner l'oeil fatigué de l'industriel. Maintenant il savait ce qu'il avait à faire.

En se promenant dans le parc, il se rappellait, dans un frisson d'effroi et de satisfaction, du moment où il avait eu cette idée. L'idée de CA. Il se rendait enfin copte de la félicité dont pouvaient jouir ceux qui pensaient à ce genre de projets.
Mais puisqu'il est aussi un être humain, puisqu'il a pour mission, en tant que génie, de faire le bien, puisqu'il est doté comme les autres d'une conscience, comme il n'est qu'un embyron d'Homme Moderne, et qu'il est de cette partie de l'Humanité qui joue avec plus fort qu'elle, irait-il jusqu'au bout de son idée ?

Octave riait : horreur !

_________________
------------------------------------------
Octave de Roop - In Gold He Trust
[L'homme de 1837 calcule au fond de son bureau victorien. Sa Victoire se dessine...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Opéra carnassier au fond d'un parc
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!
» Construction du Parc Quisqueya, version caribéenne de World Disney en Haïti
» A l'eau ! Fuite à fond de cale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: La place [RP] :: Le parc [RP]-
Sauter vers: