1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une table où l'on parlait de Javert...

Aller en bas 
AuteurMessage
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Une table où l'on parlait de Javert...   Mer 29 Oct - 5:01

Pour Torellini, il ne pouvait y avoir pire travers que la félonie. Ce petit inspecteur de rien avait usé de tortures pour remonter jusqu'à lui auparavant, alors qu'il aurait dû représenter la loi, être un exemple dans l'accomplissement de la justice d'une république. Face à de tels êtres, somment croire en la république ? La vengeance contre cet infâme traitre, plus personne ne pouvait l'empêcher. Cet créature infernale, ce félon qui avait trahi sans honte et même avec joie l'état qu'il était sensé servir ne méritait rien d'autre que la plus atroce souffrance. La demeure que Javert habitait avec sa femme et sa fille, installée juste devant la brasserie afin de pouvoir surveiller tous les "dangereux énergumènes" qui y passaient brûlait d'un immense feu de joie. Pour tous, les ordres étaient claires : Comme les gardes royalistes, Javert devait être abattu à vue pour sa haute trahison et sa traque active du président du conseil. Un message avait été gravé pour lui dans le sol :

"Voici le sort réservé aux traitres."Le corps criblé de balles de l'un des gardes royalistes avait été déposé à côté.

Mais Torellini n'était pas un boucher, ni un sot qui faisait retomber sa vengeance sur des innocents. L'épouse de l'inspecteur et sa fille avait été enlevé, et étaient désormais au QG de la CNST, bien vivantes.
Le commissaire du peuple quitta les lieux pour accomplir son devoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'inspecteur Javert
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 228
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Une table où l'on parlait de Javert...   Dim 14 Déc - 2:55

Quelques mois s'étaient écoulés depuis le triste enlèvement. Heureusement, les otages avaient été libérés en bonne santé mais Javert était resté hanté par cet épisode.

Javert, le dévoué et zélé fonctionnaire, de nouveau chargé d'une nouvelle enquête par un nouveau pouvoir, s'était remis au travail.

Il avait commencé par un lieu populaire. Celui-là même où les ravisseurs avaient jadis libéré sa femme et sa fille. Ce troquet du centre ville qui appartenait à un gallois qui se disait gaulois...

Il avait son idée concernant les organisateurs de l'attentat qui avait couté la vie à Ludwig I. Il se doutait qu'il s'agissait des mêmes extrémistes qui avaient jadis enlevé sa femme et sa fille.

En suivant son instinct, certain que les assassins revenaient toujours tôt ou tard sur le lieu de leur crime, il s'était rendu dans ce vile troquet du centre ville et il était persuadé qu'il allait peut-être finir par rendre doublement justice.

- Tavernier ! Votre plat du soir.

Il s'était assis, avait ôté ses gants et défigurait méticuleusement tous les clients du lieu, griffonnant quelques notes sur son légendaire calpin.

Le tavernier le servit. Il ne remercie pas. Il n'avait pas à remerciait. Il payait en échange d'un repas. Cela ne nécessitait pas de remerciement de sa part.

Il mangea précautionneusement, sans laisser paraître une seule émotion.

Ayant terminé son dîner, il se leva et se dirigea au comptoir.

- Tavernier, lança-t-il en réglant sa note, votre repas était succulent.

Le tavernier le remercia.

- C'est tout de même étrange qu'en des temps de restriction, un lieu si populaire que le vôtre puisse se permettre de servir de tels plats. Fort étrange même. La loi m'impose de vous soumettre à un contrôle. Je suis dans l'obligation de saisir vos livres comptables. Veuillez me les fournir sur le champs. Je prendrai soin de les analyser à tête reposer. Si vous n'avez rien à vous reprocher, cela se saura très vite. En attendant, vous nous confirez également quotidiennement tous vos nouveaux compte à partir de ce soir. Vous voudrez bien nous les porter à l'hôtel de police chaque matin. N'ayez crainte Monsieur, encore une fois, il s'agit d'un simple controle. Si vous n'avez rien à vous reprocher, rien ne vous arrivera. Dans le cas contraire, il appartiendra au juge d'estimer votre peine.

Le tavernier, désemparé, lui remit les livres comptables.

- Fort bien. Fort bien.

Il ouvrit le livre de compte rapidement puis le referma en le faisant claquer.

- Aussi... J'oubliai... Nous recherchons activement deux vauriens malfrats répondant aux noms étrangers de Crow et Torellini. Deux petites frappes soupçonnées entre autres d'actes terroristes. Vraisemblablement les même qui firent jadis subir un préjudice à m petite famille. Un préjudice insoldé. Vous devez vous en souvenir. Etant donné que le lieu choisi par les dits malfrats pour les libéré avait été votre établissement. Bref... Dès ce jour, vous avez donc l'obligation de nous signaler, pour votre bien, tout allé et venue de ce qui pourrait s'apparenter à des extrémistes et autre terroristes. Vous êtes nommés "indicateur" sur ordre le sûreté nationale jusqu'à nouvel ordre et n'avez d'autre choix que de nous renseigner au mieux... Notez que cette nouvelle fonction allègera d'autant votre peine en cas d'irrégularités découverte dans vos... comptes. Notez aussi que sans renseignements valables de votre part, une amende pourra vous être mensuellement décernée.

- Ah... Voilà... C'est pour le personnel, fit-il en sortant et en jetant une pièce de 2 écus sur le comptoir. Vous n'oublierez pas de mentionner ce pour-boire aux comptes, vous acquittant du même coup des patentes relatives à ce type de ressources.

_________________
Une teigne au service d'un certain ordre établi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une table où l'on parlait de Javert...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les debut de ma table de jeu .
» Projet table de jeu
» Les bonnes manières de table
» Table pour Mordheim en projet
» Ma table de démo pour Mordheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: La place [RP] :: "La table du Gaulois", brasserie. [RP]-
Sauter vers: