1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aux frontières de la Verdurie

Aller en bas 
AuteurMessage
Charles Ier de Verdurie
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Aux frontières de la Verdurie   Mer 8 Juil - 18:56

Quatre longues journées s'étaient passées depuis la déclaration de guerre que Métropolis avait faite à la Cathanie. Alors qu'au sein du Gouvernement on parlementait encore en vain sur cette terrible nouvelle, les troupes verduriennes étaient déjà en marche pour les frontières lointaines de leur pays. Les paysages paraissaient, teinté du voile de cette déclaration obscure, comme plus démoniaques, les arbres plus secs et les petits cabanons jonchant les vastes prairies plus morts que jamais auparavent.

La plus importante division des armées de Verdurie posta son campement au sommet d'une colline dégarnie, à quelques kilomètres des limites de la cité de Métropolis. En contrebas, on fit installer plusieurs postes avançés aux yeux sans cesse ouverts vers l'horizon.
Le drapeau de Verdurie flottait au vent au sommet de la colline. Il se passa pas une minute sans qu'on redoute de voir poindre le blanc d'une casaque de cathanien, ou le gris mat d'une bouche de canon...

_________________
Charles Ier d'Arcole de Verdurie, Grand-Duc de Verdurie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas Dumarais
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 227
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 4:00

Non loin du campement Verdurien se trouvait le P.R.T.M Premier Régiment de la Troupe Metropolitaine.

Une artillerie moderne fondue dans les atelier de De Roop étincelait.

Une foule de bleusailles faisait son apprentissage de ci de là sous les cris des sergents instructeurs.

La majorité était formée de jeunes travailleurs Métropolitains

On rappelle que Métropolis comptait 100 000 habitants au total.

Elle possédait une population de 40 000 travailleurs parmi les quels 15 000 moilisables militairement.

Sur ces 15 000, environ 1500 au grand maximum appartenaient à des organisations syndicales interdites (CNST/CAS de Crow ou UFAS qu'on disait proche de Treviso). Le reste était formé d'une population qui comme partout n'avait pas de réelle conscience politique et cherchait simplement à vivre ou survivre.

Pour l'heure, on avait mobilisé 2500 hommes, pour les premiers combats.

Le populiste Dumarais était venu faire son premier discours publique ici, symboliquement et comptait bien convaincre le peuple d'adhérer à ses idées. C'étaient en effet les ouvriers qui généralement et paradoxalement soutenaient le plus ses discours... Il savait qu'il parviendrait un jour au pouvoir grâce à eux. Il ne fallait pas croire que les ouvriers étaient majoritairement socialiste. Loin s'en faut ! D'ailleurs dans aucun pays, ils ne l'avaient été et le seraient jamais... Non. Comme partout et en tout temps, ici, les ouvriers étaient majoritairement populistes... et Dumarais l'avait bien compris.

Un perchoir décoré du nouveau drapeau de Métropolis, institué par De Roop, avait été dréssé. Dumarais, sûr de lui, s'y avança. Les troupes s'avancèrent.

- Cher peuple de Métropolis ! Enfants de Métropolis ! Ame de Métropolis ! Je suis émus et je suis là pour vous servir !

D'abord timides, les applaudissement s'intensifièrent.

- Je suis le Ministre de la Sureté Intérieure et vous, vous savez qui vous êtes ?

On entendit quelques rire et quelques non...

- Vous, vous êtes LA SURETE INTERIEURE ! C'est par votre présence que vos femmes, vos enfants, vos vieux parents, vos petits frères et petites soeurs, vos amis sont assuré de vivre libre et en paix ! Vous êtes LE CORPS PROTECTEUR DE CE PAYS !!!!!

Les applaudissement se firent encore plus puissants. "Sûr i'parle bien l'rupin..." fit l'un des hommes.

- Ah je les entends d'ici les merles moqueurs, les opposants tire-au-flanc, les profiteurs ! Mais eux que font-ils pendant que VOUS, oui vous, vous les protégez ? Rien ! Alors OUI ! Vous pouvez être fiers. Je suis fier de vous. Je serai depuis ce jour et pour toujours, votre dévoué Ministre parce que je viens de voir votre grandeur et qu'elle m'a conquis !

Il perçut la surprise et l'émotion pointer sur les visages alors il décida d'en rajouter...

Vous, les pauvres, je suis avec vous ! J'ai été pauvre moi aussi ! J'ai souffert moi aussi à la guerre ! Dans ma chaire !

Il retira puis remis son oeil de verre. Ce qui intriga tout le monde.

- J'ai perdu cet oeil pour mon pays ! Mais nom d'un chien j'aurais bien pu perdre les deux que je n'aurais pas moins vu pour autant ! Vu le sens de tout ça ! Le sens de notre dévotion pour que les nôtres puissent vivre heureux et libre !

La foule applaudit de toutes ses forces.

- Je vais vous permettre de gagner la guerre, je vous le promets ! Oui ! Et savez-vous comment ? En vous permettant de gagner plus ! Mais il va falloir accepter de travailler ou de combattre plus ! Comme disait ma grand-mère, on n'a rien sans rien ! Pas de pognon pour les fégnasses ! Pourquoi vous vous décarcasseriez au boulot, vous alors que d'autres ne font rien sur votre dos ? C'est pas normal ! Et on va changer ça ! Je vous le promets ! Vous qui turbinez dure, vous qui vous battez pour l'avenir des vôtres, moi je vais vous récompenser !!!

Nouveaux applaudissements nourris.

- L'état va vous aider avec la solde de guerre ! 20% de salaire en plus ! Mais vous ne l'aurez pas sans rien, ça c'est sûr ! Les tires au flancs n'auront rien pour que ceux qui bossent ou combattent aient plus ! Servir la nation en guerre, ça nécessite une prime ! On va vous la donner ! Mais faudra bosser et combattre avec fougue ! Ah ça je ne vous mentirai pas. Pour sûr, vous allez en baver. Pour sûr, vous allez rentrer de cette guerre avec des stigmates... Il se tut. Certain ne rentreront pas... Mais foutredieu vous aurez sauvé les vôtres et il n'y a jamais eu dans la vie d'un homme si belle et si honorable destiné que celle qui vous ai promise ! Oui ceux qui rentreront comme ceux qui ne rentreront pas auront les honneurs ! Grâce à la solde de guerre, jamais plus leurs familles ne seront dans le besoin !

Des Hourahs commencèrent à inonder la troupe.

- Et je vais vous dire... Trouvez vous normal, vous que des Cathanes travaillent en ce moment à Métropolis, prenant le travail de ceux qui pourraient travailler à l'armement ? Prenant la place de vos épouses qui pourraient travailler à la confection ? Alors je vous promets que nous allons nous attaquerons également au problème des travailleurs Cathanes qui, on le sait bien, sont l'avant-garde d'une future invasion ! La Verdurie, là, juste en face de nous, à quelques centaines de mètres à peine, vient de s'en apercevoir à ses dépens ! Aujourd'hui elle est sous le contrôle de la Cathanie ! Et pourquoi ? Parce que pendant des années elle a laissé les Cathanes infiltrer son pays ! Le ver était dans le fruit et cette infiltration de l'ennemi a coûté la dissolution de l'état de Verdurie ! Nous ne commettrons pas l'erreur des Verduriens ! Nous expulserons les Cathanes hors de nos frontières et nous les chasserons aussi de Verdurie ! Cela fera d'avantage de travail pour les honnètes travailleurs Métropolitains ! Cela fera d'avantage d'argent pour VOUS ! OUI VOUS ! Nous avons commencé ce matin même les expulsions... Ah nous ne les avons pas expulsé en Cathanie ni en Verdurie ! Cela aurait fait des troupes pour les Cathanes... Non, nous les avons expulsé de l'autre côté, en Uritanie ! S'ils veulent rentrer chez eux, ils devront nous traverser ! Et cela leur sera bien sûr IMPOSSIBLE !

Et j'ai enfin une surprise pour vous mes amis... L'argent que nous a rapporté les expulsions de Cathanes et bien... Il vous revient ! Oui le voici !

Des collecteurs d'impôts sous escorte apportèrent une caisse rempli de bon du Trésor Métropolitain au nom de chaque combattant de la Troupe. Les soldat n'en croyaient pas leurs yeux.

- Une prime de 100 écus pour chacun ! Voilà ce que j'ai pu obtenir pour vous grâce à ma politique de grands équilibres ! Et cette prime n'enlève évidemment pas celle de 20% d'augmentation sur vos salaires habituelles ! Cette prime est la prime d'engagement ! Elle sera donnée à tout engagé ! Qu'on se le dise !

100 écus représentait une somme importante équivalent à un mois de salaire d'un contremaître... Par ce geste, le ministre avait définitivement conquis la Troupe...

- VIVE DUMARAIS ! VIVE LE MINISTRE ! VIVE METROPOLIS !!!!! Hurlaient les soldats tout en se dirigeant vers les collecteurs d'impôts qui distribuaient les bns du trésor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Troupe
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 4:05

- ça pour sûr, v'là enfin un gasier qui sait l'faire... Fit le sergent instructeur Lamassouille en rengeant son bon du trésor dans son veston.

- Oui par bleu ! Cet homme, c'est un gars comme ça qu'il nous faudrait à la place du Roitelet ! Lui et l'De Roop comme premier ministre, une sacré équipe que ça ferait. Répondit son collègue, le sergent instructeur Larsouille.

- Allez Larsouille faut qu'on sonne le rassemblement, on a d'la bleusaille à éduquer...

Il sifflèrent le rassemblement et poursuivirent l'instruction des troupes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Troupe
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 19:35

Le général de La Troupe, un homme d'une cinquantaine d'année, les cheveux gris demanda à parler au ministre Dumarais.
Il s'était toujours méfier des hommes politique et il se présenta avec la distance qui sied à un haut fonctionnaire indéboulonnable.

- Monsieur Le Ministre, mes respect. J'ai à vous parler d'un fait préoccupant. Votre idée de solde est bonne et propre à contenir les troupe dans nos rangs. Cependant, je crains qu'à la longue, à mesure du durcissement des combats, et vous le savez aussi bien que moi, étant vous-même un ancien militaire, nos hommes se démotivent. La guerre qui s'annonce promet d'être longue... Vous le savez également... Nos ennemis ont des forces vives solides et motivées. Je ne crois pas que nous tiendrons longtemps nos homme, fut-ce avec de l'argent. Et puis il y a un fait préoccupant dont je dois vous parler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas Dumarais
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 227
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 19:38

Le ministre était quelque peu agacé par cet homme qu'il voyait un peu comme un vieillard de mauvaise volonté.

- Et quel est ce fait Général Mergoule ? Soyez bref, mon temps est compté... J'ai encore mille affaires à traiter d'ici la fin de la journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Troupe
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 19:47

- C'est simple Monsieur. Vous connaissez ces organisations de trublions qui hantent nos bas quartier ? Dont ce groupuscule illégal qui se fait appeler la CAS ou la CNST, dirigées par d'anciens politiciens verreux tels que ce Monsieur Crow, un usurpateur qui se prétendait général ?

Le Ministre acquiesca...

- Bien... Leurs idées auraient conquis près de 10% des travailleurs de notre pays... Et on prétend que dans tous le continent, cette association, parfois illégale et parfois légitimée, rassemblerait quelques 100 000 travailleurs. Dans nos rangs, même, il y aurait 10% de ces gens... Peut-être ce gars là bas qui s'entraine, peu-être même ce sergent, là...
Fit-il en montrant de la tête un groupe de soldat qui s'entrainait.

- Ils sont généralement de bons patriotes et combattent sincèrement dans la troupe... Cependant nous craignons qu'avec le temps, avec l'enlisement de cette guerre, ils ne soient des éléments propres à contaminer leurs confrères avec leurs idées... Et alors affaiblis, leurs confrères seront sans doute perméables à leurs idées... Nous craignons ainsi qu'ils prennent la tête de La Troupe un beau jour et qu'après avoir fait leur travail contre les Cathanes, ils ne rentrent à Métropolis non pas pour y recevoir les honneurs de l'Imperator mais au contraire pour le renverser, sûrs de leur force et pour prendre le pouvoir au nom de leurs deux manipulateurs et escrocs de chefs... Ce vil politicien Crow et son acolyte terroriste Torellini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas Dumarais
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 227
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 19:51

Les mains croisée dans le dos, Dumarais semblait soucieux...

- Bien ! Soit ! Alors nous les démasquerons puis les exécuterons en place de l'hôtel de ville, pour l'exemple ! Nous les accuserons de complot avec l'ennemi. Nous les tuerons tous ! De plus le peuple adore les exécutions publiques... Cela leur donnera le goût du sang... C'est ce dont nous avons besoin pour mener cette guerre ! Une populace assoiffée de sang !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Troupe
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 19:55

- Monsieur le Ministre sauf votre respect, je crains que cette idée ne soit totalement irréaliste. Je ne vous parle pas là d'une vingtaine d'homme mais d'environ 1000 à 1500 hommes dans toute la future Troupe de Guerre de Metropolis... Pour les arrêter, puis les exécuter il faudrait une armée entière... Et vous imaginez qu'ils ne se laisseront pas faire... Ce serait une véritable guerre civile... Et puis nous ne savons pas précisément qui ils sont étant donné qu'ils sont secrets... Mais tout ce que nous savons c'est qu'ils sont de fervents patriotes et qu'ils sont pour cette guerre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas Dumarais
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 227
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 20:01

- Je vois... Je vois... Alors... Voilà ce que nous allons faire... Ils sont de fervents patriotes dites-vous ? Ils sont pour cette guerre ? Alors certes, nous avons besoin d'eux ! Légalisons-les ! Autorisons-leur de créer au sein de la Troupe un régiment autonome mais dépendant tout de même de vos ordres... Vous leur confierez les objectifs que vous jugerez bon leur confier et ils organiseront leur armée et leur stratégie comme ils veulent, en autonomie, pour atteindre ces objectifs... ça leur plaira à ces, comment dit-on déjà, socistes ? Socialeur ? Ah oui socialistes... C'est un mot que j'ai entendu en France il y a quelques années... Bref... Cela aura le mérite clair de les définir, de les révéler... Nous saurons qui ils sont... Nous pourrons les voir... et utiliser leur force pour l'armée... Ainsi regroupés entre eux, ils contamineront moins le restant de la Troupe... Et le moment venu, à la fin de cette guerre, quand notre victoire sera acquise, vous organiserez le massacre de leur armée... Je vais dès ce soir, déclarer que pour fait de patriotisme, tout adhérent aux idées de Crow et Torellini peuvent, sous la responsabilité de la Troupe et en se déclarant ouvertement constituer un corp d'armée autonome qui servira les intérêts de Métropolis. Prenez contact avec ce Crow... Je me charge d'informer la presse de cette magnifique preuve d'ouverture en faveur de l'unité nationale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 20:55

Au sein de l'armée, un communiqué se répandit comme une trainée de poudre. Son contenu, hautement politique, rejetait complètement les élucubrations publiques de Dumarais.

L'Assemblée Générale de la Confédération Nationale SUDiste du Travail a écrit:
Nous, assemblée des socialistes libres de Métropolis mais interdits d'exprimer nos idées dans le parlement de la monarchie, exprimons par la présente notre soutien à la lutte du peuple verdurien pour se libérer du joug de l'oppression impérialiste du royaume de Cathanie.
Nous appelons nos camarades et tous ceux ne supportant pas l'exploitation d'un peuple par des dirigeants belliqueux assoiffés de pouvoir à s'armer et à lutter aux côtés des Verduriens pour se libérer de la Cathanie. Toutefois, nous ne reconnaissons et ne reconnaîtrons jamais l'autorité du monarque Ludwig, de sa descendance éventuelle et de tous ceux qui participeront à sa gouvernance, ce monarque qui nous a privé de nos libertés, a volé le droit de vote aux citoyens populaires de Métropolis et ne défend que les intérêts du capitalisme et du patronat. Nous soumettre à la Métropolis de ce tyran dans la lutte pour libérer la Verdurie, ce serait comme accepter sa dictature royaliste ! La guerre telle que veux la mener la Métropolis de De Roop et de Dumarais, de Ludwig II et de Charles de Verdurie sera une guerre dont les prolétaires seront les victimes, une guerre qui ne servira qu'à remettre le peuple de Verdurie sous l'oppression du même roi que par le passé et à protéger les intérêts du patronat de Métropolis. La CNST ne formera et ne reconnaîtra jamais le moindre groupe se réclamant d'elle qui se formerait au sein de l'armée royale de Métropolis. La CNST ne se soumettra jamais à la volonté de la monarchie de Métropolis.

Notre secrétaire-général, le Général Lee Crow reste dépositaire de la confiance de l'assemblée nationale de la République Libre de Métropolis avant que les royaliste n'instaure leur dictature. Vive la démocratie, mort aux tyrans et à leurs sbires !

Tandis que les simples combattants sans appartenance politique prenaient connaissances de ce message, d'autres messages glissaient sous le manteau parmi les membres cachés de la CAS/CNST. Il leur était rappelé qu'ils devaient demeurer dissimulés en toute discrétion au sein de l'armée sans contact entre eux et sans faire connaître leur appartenance politique et ce jusqu'au moment convenu avant la mobilisation : celui où la CAS passerait à l'action en Verdurie et à ce moment là seulement.
Pratiquement aucun ne remit en question les décisions de leur assemblée générale. Si un régiment spécial allait vraiment être créé, ils essaieraient de leur mieux de ne pas se retrouver dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Général Lee Crow
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   Ven 10 Juil - 21:26

Quelques heures plus tard, le commandement de l'armée reçut une lettre de la CNST. Une lettre accompagnée d'une liste. Crow et Torellini avaient longuement trié sur le volet tous ceux qui figuraient sur cette liste ; aucun d'entre eux n'avait déjà été mobilisé dans l'armée. Tous ceux sur la liste étaient des criminels et terroristes reconnus, condamnés à mort dans au moins un pays. Il s'agissait de "troupes de choc" fanatiques de la CNST, généralement plus en accord avec les préceptes de Torellini qu'avec ceux de Crow trop cogestionnaire à leur gout. Il n'y avait qu'entre 200 et 300 noms, mais ceux-ci faisaient frémir. Les membres de la CNST qui composaient la liste avaient procédés à des missions d'infiltration et d'assassinats de PDG d'entreprises privés, à des saccages d'usines privées connues pour faire subir de mauvaises conditions de travail à leurs employés et le passage à tabac de leurs dirigeants et patrons, à des braquages de banque pour alimenter des caisses de grève secrètes, etc...
Ce rassemblement était une caricature de ce que craignaient les capitalistes au sein de la CNST. Tous avaient été prévenu et savaient qu'en participant à ce faux régiment révolutionnaire de diversion ils risquaient gros. Tous savaient que pour bien jouer le jeu ils devraient créer des tensions permanentes avec la hiérarchie militaire pour montrer qu'ils n'approuvaient pas la monarchie, et ils comptaient bien s'en donner à coeur joie. Après tout ils n'avaient pour la plupart même plus le droit de travailler tant ils étaient devenus des criminels aguerris notoires.

La lettre avec la liste était signée du général Lee Crow :
Citation :
Général, Je vous envoie cette lettre et la liste ci-jointe en réponse au décret tombé tantôt. Afin de préserver mon organisation de la répression policière, je me vois contraint d'obtempérer. Voici donc une liste de combattants volontaires qui porteront les couleurs de la CNST pour la guerre en Verdurie. Vous pouvez les incorporer à l'armée comme bon vous semblera et leur confier les missions les plus rudes, ils s'en relèveront toujours sourire aux lèvres. Je vous assure que condamnant la guerre royaliste et impérialiste, nous n'avons à aucun moment cherché à noyauter de quelque manière que ce soit votre armée. Je réfute sur mon honneur toute accusation d'avoir voulu à un seul instant tenté de prendre le contrôle de l'armée ou la retourner contre Métropolis. Il n'y a aucun membre connu de mon organisation à l'intérieur. Ma seule volonté est le retour de la République et de la démocratie dans notre pays, je ne saurais m'opposer à la libération d'un peuple. Faites ce que vous jugerez nécessaire à la guerre. Mais pardonnez moi de ne pas y participer, par respect pour le mandat de mon organisation.

Libérez le peuple de Verdurie avec l'armée royale de Métropolis, puis souvenez vous de ce temps où chaque homme pouvait voter.
Salutations,
Général Lee Crow de la troupe Républicaine de Métropolis

_________________
Le pouvoir politique sort du canon d'un fusil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux frontières de la Verdurie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux frontières de la Verdurie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba
» Fermetures des frontières
» [Histoire et Géographie] Frontières, Rois etc
» Suite à la Bataille des Frontières....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: Aux frontières de Métropolis... [RP] :: La Verdurie [RP]-
Sauter vers: