1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 sur un banc...

Aller en bas 
AuteurMessage
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: sur un banc...   Ven 10 Juil - 22:00

Torellini et Andrejev Yaroslaw, le journaliste de Métropolis, étaient assis sur un banc du parc à l'ombre d'un peuplier. Bénédicte demandait Andrejev ce qu'il pensait de Dumarais, lui qui l'avait rencontré lors de rendez-vous qu'il donnait fréquemment à la presse.
Le journaliste lui appris tout ce qu'il avait pu observer ; le maniérisme de cet homme qu'il trouvait ridicule, son populisme dangereux, sa tendance aux gesticulations sans intérêts et autre lapalissades dénuées de sens qui lui permettaient de donner l'illusion d'apporter quelque chose à la société.
Andrejev parla surtout de ce qu'il considérait comme la plus terrible tare qu'il donnait à Dumarais : Il le considérait comme un benêt reprenant à son compte les pensées des autres sans en avoir compris le moindre sens et lançant ainsi des idées ridicules selon des concepts qu'il ne maîtrisait pas.
Andrejev avait une haine farouche contre ce politicien et refusait d'écrire sur lui, afin d'éviter toute publicité à cet individu creux qui selon lui ne méritait même pas d'exister.

Mais de tout ceci Torellini repartit presque bredouille sans avoir obtenu de renseignements sur les intentions précises de Nicolas Dumarais et la politique qu'il comptait mener à court terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
sur un banc...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: La place [RP] :: Le parc [RP]-
Sauter vers: