1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les 7 Crowistes

Aller en bas 
AuteurMessage
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Les 7 Crowistes   Mar 4 Aoû - 20:01

7 hommes s'approchaient en toute discrétion de la frontière de Cathanie. Ces hommes étaient des assassins. Ces hommes étaient des Crowistes, et ils venaient répandre la mort chez les dirigeants de la monarchie absolu de ce pays déchu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathanien Gloumpferin Dz.
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 10/07/2009

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Lun 10 Aoû - 2:28

Un général Cathanien chargé de la sécurité des frontières fut prévenu que l'armée Cathanienne avait perdu la guerre sur le front de Métropolis. Ils le savaient, les forces Metropolitaine avec en leur rang des guerriers mercenaires d'un type nouveau qu'on disait redoutables, l'ALPI, ne tarderaient pas à s'amasser aux frontières du royaume.

Ce général semblait courtois et de bonne éducation.

- Fourminien-lieutnant, pouvez-vous nous dire de combien d'hommes dispose le royaume ?

- Environ 4000 Herr Fourminien-Generaliz !

- Bien... Alors que toutes nos troupes se positionnent sur la frontière. Nous sommes le dernier espoir du royaume. Comprenez-bien que si nous ne réussissons pas à le protéger, nous serons un état esclave d'ici quelques jours...

L'artillerie Cathanienne déploya ses canons sur toute la ligne de frontière, environ 60 kilomètres, formant un mur capable de bombarder durablement tout le front. Devant, fut disposer les Fantassins, environ 2500 hommes. Protégés sur leurs arrières par 1000 cavaliers. Au petit matin, la frontière semblait imperméable.

Cependant le général Cathanien savait que face aux 6000 Verduirien, Metropolitain et membres de l'ALPI, leur armée ne tiendrait pas. Alors, il décida de demander audiance au roi. Il s'agissait de lui proposer un plan d'armistice. On restituerait la Verdurie, on s'engagerait à ne plus jamais l'attaquer et en échange on sauvegarder l'intégrité frontalière du royaume... Il savait que c'était la seule solution pour préserver le royaume de sa fin. Mais il savait aussi que le roi était un effroyable entêté et qu'il avait peu de chance de le convaincre...

_________________
Par Eïs Gloumpf, notre Dieu, le peuple Cathane est un peuple de fourmis au service de sa Reine ! Son armée est son armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Lun 10 Aoû - 12:14

Les 7 assassins de la CNST, qui avaient déjà passé la frontière depuis longtemps grâce à la grande mobilité d'un groupe aussi restreint, furent les spectateurs discrets de la mise en place d'une ligne de défense. Ils écrivirent une description complète de la situation à l'intention de Crow et Torellini et envoyèrent le plus rapide et le plus discret d'entre eux vers la Verdurie afin de rendre compte de la situation.

Les 7 assassins n'étaient plus que 6.

Nos 6 compères partirent alors pour les faubourgs de la capital cathanienne, là où se trouvaient la majorité des casernes de l'armée du pays. Ils allaient ici commencer un travail de sape avant de trouver un moyen d'approcher le roi de Cathanie. Se trouvait parmi les 6 assassins restant celui qui avait par le passé donné la mort à Ludwig I de Métropolis grâce à un savant attentat à la bombe... ils trouveraient bien une occasion de liquider le roi de Cathanie.
Pour l'heure cependant ils se trouvaient un taudis abandonné où se cacher durant leur temps de présence et des moyens d'évacuer vite les lieux en cas de soucis. Ensuite ils écrivirent des tracts. La Sape de l'autorité royale devait avoir eu lieu avant toute tentative d'assassinat sans quoi la valeur politique d'un tel acte serait strictement nulle et sans conséquence.

Citation :
Kamaraden,

Heute, haben wir der Krieg [...]
(le tract ci-dessus, pour des raisons de facilité de compréhension, est traduit ci-dessous en français mais fut rédigé en langue allemande, celle des cathanes. C'est à eux que le message est adressé non ?)
Citation :
Camarades,

Aujourd'hui nous avons perdu la guerre. Pas à cause de l'incompétence des officiers, ni à cause de notre dévotion et de notre abnégation qui furent sans faille. La véritable cause en est mégalomanie et la folie d'un homme. Un homme qui né roi s'est permis de penser que le monde lui était naturellement dû, que chacun devait être un esclave de sa cause.
Mais nous ne sommes pas les fourmis qu'il pense !

Regardez les fourmis, travailleuses minuscules qui dans l'union de leurs efforts parviennent à accomplir des exploits sans pareil ! Les pertes Métropolitaines furent lourdes par le sacrifice de nos soldats pourtant largement inférieurs en nombre ! Mais l'homme peut écraser la fourmi d'un seul de ses doigts, écraser des centaines d'entre elles d'une seule de ses bottes. Mais nous ne sommes pas des fourmis ! Nous sommes des êtres humains ! Chez les fourmis la reine est indispensable car elle seule donne naissance aux générations futures, mais ce n'est pas notre cas ! Nos femmes peuvent toutes contribuer au développement de notre peuple, et le roi est inutile ! Est-ce lui qui donne naissance aux générations futures ? Non ! A-t-il seulement mis le pieds à moins d'une dizaine de kilomètres du champs de bataille pendant le conflit ? Non ! Est-ce que sa participation à vos efforts vous permet d'être meilleur ? Non plus ! Il se sert de vous et n'a aucune utilité à la société ! Il torture ceux qui le servent et jouit des souffrances qu'il inflige aux braves qui tentent d'agir pour le bien de leur peuple, VOTRE bien ! Cet homme là n'a pas à exiger quoi que ce soit de vous, car chaque Cathane est plus travailleur et plus utile à la société que le roi ne le sera jamais. Voyez la grandeur de vos accomplissements : unis dans l'effort vous pouvez accomplir l'impossible, à l'instar des fourmis travailleuses et sérieuses.
Mais ce roi vous impose-t-il le même fonctionnement ? Non ! Sous sa tyrannie vous êtes unis non par la camaraderie ou la fraternité mais par la peur, on vous contraint au mieux sans jamais vous aider et lorsque harrassés par l'effort vous arrivez à ce qu'on vous à obliger à faire vous finissez torturés bafoués et humiliés ! Vous sans qui la société ne pourrait exister. Debout compagnons de misère ! L'heure est venue de se révolter ! On ne peut supporter plus longtemps l'infamie alors que celui à cause de qui notre existence même est menacé se permet de NOUS accuser de le mener à sa chute. Ils nous accusent de ses propres défauts.

Frères cathanes, débarrassons nous de ce roi inutile,
Mort au tyran !
(notez que ce tract fut rédigé comme s'il avait été écrit par des cathanes et qu'il ne porte nulle signature. Nos assassins sont hommes de prudence.)

Ce pamphlet fut rédigé en autant de copies que possible et diffusé devant les casernes, les demeures d'officiers cathanes. Les travailleurs de se pays ne pourraient guère en profiter, le roi se débrouillant pour les tenir dans l'inculture et l'illétrisme afin de mieux les dominer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathanien Gloumpferin Dz.
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 10/07/2009

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Mar 11 Aoû - 1:13

Un jeune officier Fourminien-Leutnant avait lu cet étrange tract. A sa lecture, il avait d'abord ressenti une effroyable colère. Comment ? Comment un Cathanien avait-il osé commettre pareille injure à l'égard du Roi et de son peuple ? D'origine aristocratique, le jeune officier ne pouvait tolérer cela.

Il courut en direction des bureaux du Fourminien-Generaliz afin de l'avertir de cette ignominie et afin de lui demander l'autorisation de prendre les mesures les plus sévères envers les fauteurs de trouble.

Cependant, dans sa course, il se mit à réfléchir... Il n'y avait pas que du faux dans cette missive... En effet, leur Roi était peut-être tout aussi sinon plus responsable que son armée dans le désastre qui venait d'avoir lieu à Metropolis... Non ! Non ! Il ne devait pas se laisser contaminer par des idées aussi impures ! Et pourtant... de quel droit, en effet, alors que tous leurs brillants voisins, bien plus forts, bien plus prospères que les Cathaniens, maintenaient-on par la force et l'endoctrinement un peuple sous le joug d'une dictature royale aussi sévère ? Pour quel résultat ? Les anglais, eux, avaient bien un parlement et leur reine ne bénéficiait pas de pouvoirs absolus... et néanmoins leur nation régnait sur le monde entier comme la plus grande des nations... Non ! Par Eïs Gloumpf, cette missive était maudite ! Il courut de plus belle. Frappa à la porte du général et se mit au garde à vous. Dans son empressement, il n'avait pas vu que la missive dépassait outrageusement de sa tunique bleue de Kathanien-Gloumpferin.

- Qu'y a-t-il Lieutenant ? Fit le général amusé. Celui-là même qui désabusé n'avait pas réussi à parler et à convaincre le Roi d'arrêter ses exactions.

- Mein Fournien-GeneraliZ, d'odieux perturbateurs ont osé distribuer ceci dans les régiments ! Cette missive est une atteinte à la sureté du royaume et je demande la permission de traquer et de punir sauvagement ses initiateurs !

- L'avez-vous lue ?

- Affirmatif Mein Fournien-GeneraliZ !

- Qu'en avez-vous pensé ?

- Un acte de la plus grande gravité, Mein Fournien-GeneraliZ, un acte intolérable et légalement passible de mort !

- Et...

- Et quoi, Mein Fournien-GeneraliZ ?

- Je suis votre Fournien-GeneraliZ, je suis investi par Eïs Gloumpf, notre saint antique, des pouvoirs militaires suprêmes mais également des plus hauts pouvoirs spirituels. J'ai devoir de sonder en vérité le coeur de mes Gloumpferin DZ. Si vous ne me livrer pas la vérité de vos coeurs, vous ne pourrez obtenir aucun pardon, ni en ce monde, ni dans l'autre. Qu'avez-vous en vérité ressenti à la lecture de cette missive.

- Mein Fournien-GeneraliZ, cette missive est le mal incarné, ses idées sont dangereuses parce que je les ai ressenties comme véritable, je l'avoue et implore votre pardon.

- Repos Lieutenant.

Il lui versa un verre de schnaps qu'il lui tendit.

- Voyez-vous lieutenant, cette missive est en effet dangereuse. Elle est inadmissible car elle perturbe un ordre multi-millénaire gage de cohésion de notre nation. Cependant, à la lueur de notre écrasante défaite, elle n'en constate pas moins certaines vérité. Ce roi et ce système, dans ce nouveau monde, sont-ils encore à même de nous apporter équilibre, prospérité et puissance ? Je n'ai pas la réponse mais la question mérite d'être soulevée. Connaissez-vous l'histoire de France, de l'Angleterre, ou même de notre voisin prussien ? Des nations ô combien puissantes qui ne subissent cependant plus l'absolutisme de leur monarque ? Peut-être qu'un mouvement inévitable, souterrain et invisible, guidé par la main de Saint Eïs Gloumpf, notre saint patron, est-il en marche dans le vaste monde et peut-être qu'il demande à sa nation sur terre, la Cathanie, de le suivre à son tour.

- Mais Mein Fournien-GeneraliZ, c'est blasphémer que d'interpréter la volonté de notre saint !

- Et cependant... que fait notre monarque depuis tant d'année ? Il ne cesse d'interpréter la parole de notre saint pour nous conduire à la guerre, pour accroître son pouvoir et sa richesse mais qui dit que notre saint est forcément d'accord avec cela ? La défaite infligée récemment ne serait-elle pas, elle, au contraire, un signe de notre Saint Patron ?

- Je ne sais pas Mein Fournien-GeneraliZ !

- Exact Lieutenant, nous ne savons pas... Ou plutôt nous savons que face aux troupes qui envahiront bientôt notre nation, nous ne pourrons rien. Il est peut-être temps de nous mettre en phase avec les préceptes de notre Saint Patron, martyr en son temps face à l'invasion romaine, et de céder enfin à son mouvement de liberté engagé dans de nombreux pays voisins. Puis d'arrêter les erreurs stratégiques belliqueuses...

Le lieutenant se sentait déconcerté, il but son verre de schnaps en observant, l'air triste, l'horizon sur le lac qui bordait la capitale.

- Lieutenant, ce n'est qu'un bout de papier. Faisons notre devoir et uniquement celui-ci. Défendons les intérêts de notre pays et de ses fourminien. Et laissons-nous guider par notre Saint Patron Eïs Gloumpf. En attendant, ordre de repos général pour toutes les garnisons. Double ration de Schnaps. Et quartier libre par quarts jusqu'à demain à l'aube.

- A vos ordres Mein Fournien-GeneraliZ.

Le lieutenant sortit du bureau plus confus qu'il n'y était entré. Il se dit qu'il devait suivre les dernières paroles de son Fournien-GeneraliZ. La nuit portait conseil. Son saint patron Eïs Gloumpf l'aiderait surement à y voir plus clair.

_________________
Par Eïs Gloumpf, notre Dieu, le peuple Cathane est un peuple de fourmis au service de sa Reine ! Son armée est son armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Mar 11 Aoû - 3:31

6 assassins ont pris pieds en Cathanie et leur mission est simple mais terriblement difficile : assassiner le souverain de Cathanie. Ils étaient 7 mais l'un d'eux a quitté le groupe pour informer le camp Crowiste des plans des cathanes. Il reviendra peut-être... comment savoir.

Deux hommes de ces assassins attendaient en haut d'une bâtisse et surveillaient les allées et venues des patrouilles pour étudier leur approche du palais de Cathanie. Le premier semblait impatient à cause de cette longue durée d'attente et s'occupait en écoutant les conversations qui passaient à portée d'oreille. C'était un solide garçon aux épaules larges et volontaires, au corps massif et à l'allemand parfait, appris au cours de longues années passées dans les bassins de la Ruhr d'où il fut chassé voici quelques années pour avoir battu un contremaître à mort à coups de barre d'acier dans son usine sidérurgique parce que les ouvriers étaient harcelés au travail par le patron et ses sbires. Le second était tout en finesse et étudiait la rue et les patrouilles avec un rictus amusé. Lui aussi venu de la Ruhr, il était chimiste brillant mais du s'exiler à Métropolis lorsqu'on l'accusa, à cause de ses accointances politiques, d'avoir été l'auteur d'un attentat à la bombe qui détruisit un commissariat. Aucune enquête ne put prouver quoi que ce soit, en tout cas les deux policiers charger d'enquêter sautèrent aussi lorsque leur voiture explosa les tuant sur le coup (mais épargnant leurs chevaux) et emportant aussi sans doute de précieux indices.
Lettré, ce dernier avait contribué à l'écriture du premier tract anti-royaliste de Cathanie. Il lisait une vague ébauche de nouveau tract et fumait nonchalamment sa pipe en observant les passages des soldats.

C'est là, soudain, qu'ils trouvèrent un plan pour pénétrer le palais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Sam 22 Aoû - 21:12

7 sept assassins étaient de nouveaux réunis. Profitant de sa solitude, le messager avait vite traversé la frontière puis était revenu dans des délais que nul groupe n'aurait pu obtenir.

Les 7 crowistes se tenaient sous les combles de leur abri et discouraient sur le plan à suivre pour se rendre dans le palais cathane. Quelques-uns se disputaient. L'un prônait une approche discrète tout en douceur, un autre une attaque en force ; un autre encore songeait à une diversion avant lancer un attentat.
Un des plans fut finalement choisi et ils discutèrent de ses tenants et aboutissants, de qui correspondraient le mieux à la réussite de cette approche. Les autres se prépareraient à couvrir la fuite de leurs camarades ou à les soutenir.
Puis ils finirent un autre tract pour les cathanes.

Nos deux compères de la Ruhr, accompagnés d'un militant suisse adepte de l'infiltration et de la falsification allaient entrer dans le palais. Encore tous réunis, les assassins attendirent l'instant précis du passage d'une patrouille dans un axe latéral d'accès au palais du roi. Les fondirent sur les trois hommes et les abattirent en quelques secondes à l'aide d'armes contondantes. Les soldats cathanes furent dénudés puis trainés vers l'abri où ils furent égorgés. Les trois assassins ressemblant le plus à des cathaniens remplacèrent les gardes de la patrouille et rattrapèrent le retard de celle-ci. Ensuite vint l'attente. La patrouille repassa. A ce moment où personne d'autre que la patrouille ne regardait l'accès au palais les 3 assassins de la mission fondirent dessus et entrèrent rapidement dans les ombres inévitables dans un bâtiment aussi massif et à l'architecture aussi martiale et rustique qu'était celle du palais cathane.
La progression à partir de là serait un danger de tous les instants, mais les ténèbres de la demeure royale resteraient un atout immense pour ces trois hommes en noirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Mer 26 Aoû - 0:38

7 assassins d'élite ont été envoyé en Cathanie par la CNST. Leur mission est simple, ils doivent tuer le roi cathane... malgré les difficultés énormes, ils sont proches du but.
Criminels notoires ou maitres chanteurs, idéologues ou prédateurs sanguinaires, militants ou simples délinquants, ces 7 hommes sont une menace pour quiconque est désigné comme leur cible.

Trois d'entre eux étaient maintenant entrés dans le palais royale cathane. Les quatre autres s'occupaient de préserver la sécurité de leurs camarades. Tandis que tels des ombres les assassins dans le palais disparurent dans les alcôves ténébreuses de cette fourmilière à taille humaine, dont la grandeur était entièrement vouée à la pseudo-divinité royale, les autres continuaient de faire semblant d'être une patrouille cathane.

Puis vint l'heure de la relève. Les assassins s'étaient dissimulés aux plus profonds abîmes de cette ville damnée. Lorsque la nouvelle patrouille arriva en place, elle ne trouva qu'un nouveau tract [ici traduit pour des raisons de compréhension] :
Citation :
Notre roi a trahi ! Nous qui avons lutté unis contre les nations étrangères, combattu avec témérité des forces indéniablement supérieures, n'avons pas à reprocher quoi que ce soi ni à nos compagnons d'armes qui ont sacrifié leur vie pour la Cathanie ni à nos Officiers qui ont tout fait pour ralentir l'inévitable défaite. Le roi est inutile à notre société multi-millénaire qui existait bien avant lui et l'a trahie en nous poussant dans une guerre perdue d'avance ! Sa folie risque aujourd'hui de faire sombrer à jamais tous le s efforts consentis par notre peuple laborieux et déterminé !

Nous ne saurons tolérer que nos sacrifices et ceux du peuple cathane soient foulés au pieds par la folie égocentrique d'un roi qui pille le royaume cathane tel un parasite détruit les ressources d'une fourmilière au point de la mener à l'anéantissement. Le tyran doit disparaitre !
L'union de tous les cathanes sera seule à pouvoir sauver notre pays ! Un roi qui nous traite de vermine et brise nos efforts est l'exact inverse de cela.

Affolés par ce message révolutionnaire, la patrouille couru alerter le palais. Les patrouilles des environs direct assurant qu'ils n'avaient absolument rien vu, les fourminien-lieutenant envoyèrent presque toutes les troupes en réserve hors du palais pour quadriller la ville à la recherche de séditieux. Toute cette agitation ne passa pas inaperçu à trois ombres cachées dans cette place-forte laissée beaucoup moins gardée qu'à l'accoutumé, du moins à l'intérieur des mur. Mais les trois assassins étaient déjà entre les murs du palais... et des hurlements de rage semblant annoncer l'apocalypse retentirent comme pour leur indiquer la route à suivre.

Trois ombres se mirent en mouvement vers le souverain maudit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Dim 30 Aoû - 16:17

7 assassins ont été envoyé en Cathanie pour une seule et unique mission, mais elle est difficile : Tuer le roi de Cathanie. Pourtant, le but est plus proche que jamais.
3 tueurs se promènent discrètement dans les couloirs du palais à la recherche de leur proie. Les 4 autres parcourent la ville alentour, cherchant à attirer l'ennemi le plus loin possible de leurs camarades.

Les patrouilles de soldats cathanes quadrillent la ville à l'extérieur mais ne s'éloignent pas vraiment, ce qui limite les chances de fuite...
Aucun assassin à l'intérieur ne s'en rend compte, concentrés comme ils le reste sur leur mission et sa réussite plutôt que sur leurs espoirs de repli. Ils progressent en direction des quartiers du roi sans avoir encore été découvert, guidé jusqu'à présent par le roi fou hurlant de colère sur un messager qui a eu le malheur de l'informer de la propagande révolutionnaire en ville et de l'attaque probable contre des soldats de la "vermine traîtresse".
Ils sont très près désormais, mais il s'agit de quartiers personnels. Le roi n'est pas dans la salle du trône et il n'y a donc pas moyen pour les assassins de trouver un accès aux balustrades qui servent aux gardes équipés de fusils de surveiller discrètement toute personne s'approchant du souverain. L'approche ne pouvant se faire par ce genre de points surélevés les assassins ralentirent leur déplacement pour réfléchir. Ils aperçurent rapidement les premiers gardes du corps qui protégeaient les quartiers royaux. visiblement ils gardaient l'accès à une antichambre ou un petit salon, à seulement 2 ou 3 pièces de distance du roi en personne !
Les tueurs se dissimulèrent promptement avec des mouvements aussi rapides félins que silencieux. Tous avaient désormais une lame ou un lacet en mains et s'examinaient mutuellement du regard, comme pris dans une discussion silencieuse.

En ville un hurlement retentit, précédé de plusieurs coups de feu. Une patrouille avaient été prise d'assaut par derrière et entièrement liquidé. 3 cathanes morts, et bientôt toutes les patrouilles alentours qui se lançaient dans cette direction. Les 4 assassins situés à l'extérieur allaient lancer une course effrénée pour leur propre survie et celle de leurs compagnons. Il fallait attirer le plus de cathanes possible sur eux et tout de même en réchapper. Des bâtons de dynamites battaient les côtes de l'un d'entre eux tandis qu'il courrait... "le sort en est jeté", songea-t-il avant de partir du lieu de l'embuscade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathanien Gloumpferin Dz.
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 10/07/2009

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Dim 30 Aoû - 16:51

LE ROI EST MORT !!!!!!!!!!!! LE ROI EST MORT !!!!!!!!

Des hommes l'ont assassiné !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Le sort des assassins allait être terrible. D'autant plus terrible qu'ils allaient être dans les mains du terrible Westmorland, devenu Régent du royaume à la mort du roi. Le chef des armées devenait en effet régent au décès d'un roi en attendant qu'un héritier lui soit trouvé.

_________________
Par Eïs Gloumpf, notre Dieu, le peuple Cathane est un peuple de fourmis au service de sa Reine ! Son armée est son armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Lun 31 Aoû - 17:11

Le roi de Cathanie était mort, enfin. La mission des 7 assassins avait été accomplie. Mais que c'était-il passé ?

3 assassins avaient atteint les quartiers royaux. Ils prirent des tenues de valets et s'approchèrent des premiers gardes. La Porte qu'ils gardaient était pleine, faite de bois massif, et fermée. Ils affirmèrent apporter un rafraichissement pour le souverain lorsque les 2 gardes les interpellèrent. Les 2 assassins qui se tenaient en tenue de valet lâchèrent le lourd plateau sur roues qu'ils poussaient et fondirent sur les gardes couteaux tirés. S'attaquant aux jugulaires, les tueurs se débarrassèrent d'eux en silence puisqu'ils ne pouvaient même plus gémir. Les assassins prirent les tenues des gardes avant de récupérer leurs couteaux, pour limiter la taille des tâches de sang...

Dans la pièce voisine à celle du roi, un garde attendait, assis dans un coin. La porte en face de lui sur la droite s'ouvrit. Il était dans une antichambre à deux portes, l'une en face de l'autre ; le garde se tenait contre le mur du fond à côté d'une penderie et regardait fixement les fenêtres face à lui qui donnaient sur la cour. La porte qui venait de s'ouvrir menait au couloir. Le garde crut voir entrer l'un de ses compagnons d'armes fusil en main ; il se pencha en avant, curieux. La tête de son compagnon se tourna vers lui. Ce n'était pas son ami, et du sang frais tâchait abondamment le col de l'uniforme. Son visage se décomposa et il se jeta sur son propre fusil poser à côté de sa chaise. L'intrus ne lui laissa pas le temps de l'attraper. Le coup de feu frappa le garde en pleine poitrine et le projeta contre le mur juste derrière lui. Immédiatement des cris jaillirent de la pièce voisine et du dehors. Un garde ouvrit la porte du petit salon du roi fusil en main et visa le premier assassin. Le deuxième assassin avaient accouru à la suite de son camarade et tira au pistolet à la gorge du second garde et se précipita à mi-chemin entre les deux portes. Le premier garde, qui n'avait pas encore rendu son dernier soupir, pointa son fusil sur l'homme en tenue de garde couverte de sang et lui tira dessus. Le 2ème assassin fut touché à l'épaule. La violence de l'impacte le poussa contre les fenêtres ; sa tête fracassa une vitre et il tira en réflexe. La balle de son pistolet éclata le front du premier garde tandis que le crowiste tombait inconscient. Le 3ème assassin se jeta pistolet en main vers la pièce où se trouvait le roi. il vit par l'encadrement 4 garde de corps armés se jetant droit dans sa direction.
Les soldats cathanes dans la cour avaient remarqué de l'agitation et s'étaient approchés. Lorsque qu'une fenêtre vola en éclat, ils crièrent et s'affolèrent. Ils avaient tous conscience qu'il s'agissait des quartiers royaux et qu'on ne leu pardonnerait pas d'avoir laissé leur seigneur en danger. Ils lâchèrent des dizaines de salves de coups de feu à travers les fenêtres des quartiers royaux. Le 3ème assassin se jeta à terre dans l'encadrement de la porte dès le premier coup de feu mais il perdit son pistolet dans la manoeuvre. Le roi se jeta au sol également, mais les 4 gardes du corps furent fauchés impitoyablement par les dizaines de tirs qui traversèrent les 2 pièces sans discontinuer. Les regards du roi et du 3ème tueur se croisèrent ; le pistolet était tombé exactement entre eux deux.
Le roi se jeta sur le pistolet tandis que l'assassin se rua sur sa cible. Les salves de fusils continuaient de fuser au dessus de leur têtes. Juste avant que le roi ne prennent en main le pistolet, le tueur crowiste agrippa son oreille avec la main et lui écrasa la tête contre le sol à plusieurs reprises. Mu par l'instinct de survie et lâchant des hurlements rageurs, le souverain cathane finit par se saisir de l'arme et tira dans le ventre de l'assassin. Dans un cri de douleur le tueur laissa le roi, mais ce fut pour immédiatement lui enfoncer un poing en plein visage tout en lui mettant un coup de genou dans le ventre. Le nez royal se brisa dans un craquement immonde à peine audible à cause des coups de feu et déversa un flot de sang. Le roi lâcha le pistolet sous l'effet de la douleur. Concentré sur sa mission, l'assassin se mit à cheval sur le torse du souverain cathane et lui aplatit de visage à coups de poings. Le crâne royal n'était plus qu'une bouillie rougeâtre lorsque le tueur cessa de frapper. Il se rendit compte que les coups de feu aussi avaient cessé. Tout était silencieux. Il releva la tête et vit un garde cathane au visage horrifié qui le pointait de son fusil.
Le garde lui tira en pleine poitrine, le projetant en arrière juste devant la porte de la première pièce. Le soldat rechargea et tira rageusement dans la poitrine de l'assassin pour la seconde fois. Il rechargea une fois encore en lâchant un juron particulièrement grossier. Alors qu'il allait tirer il vit le premier assassin dans l'encadrement de la porte, face à lui. Une détonation retentit.
A nouveau un uniforme cathane avait été souillé de sang. L'un des deux hommes s'effondra.
L'assassin crowiste tomba à son tour. Il se laissa glisser le long du cadre de la porte en haletant. Il jeta un coup d'oeil au roi et à son camarade. La mission était accompli, le roi était mort. Il ramassa le pistolet et remplit son barillet. Le premier tueur prit ensuite la fuite à travers les couloirs.
Il courut pendant ce qui lui parut for longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   Lun 31 Aoû - 18:42

7 assassins ont mis à mort le roi de Cathanie. Ceux qui étaient dans le palais on accompli la mission. Le seul à en être ressorti s'enfuit aussi vite que possible vers un point de rendez-vous désigné à l'avance. Les 4 autres cherchent à échapper aux patrouilles nombreuses à l'extérieur.

Les 4 tueurs courraient à travers les ruelles, s'éloignant autant que possible du palais et des patrouilles tandis que les cathanes les poursuivaient. C'est là qu'ils entendirent les clameurs retentir.
LE ROI EST MORT !! LE ROI EST MORT !! IL A ETE ASSASSINE !!!!

Les 4 assassins se ruèrent alors en direction du lieu de rendez-vous pour récupérer leurs camarades.

Le seul rescapé de l'assassinat sortit du palais par une porte latéral de serviteurs puis tomba nez à nez avec une patrouille de 5 soldats cathanes. Il se stoppa net de surprise. La patrouille cherchait ses compagnons et ne regardait pas dans sa direction mais se retourna vers lui. Le tueur poussa un juron en Français. Simultanément les 5 combattants tirèrent dans sa direction. L'assassin fut projeté en arrière par les 3 balles qui le touchèrent.
Les 4 derniers tueurs arrivèrent juste après. Ils n'avaient pas réussi à arriver sur place en premier tout en évitant l'ennemi. Ils comprirent immédiatement la scène et firent claquer 3 salves de coups de fusils qui balayèrent entièrement les 5 soldats cathanes. Des cris de plus en plus proches se firent entendre à la suite des tirs. Des cris nombreux. Les crowistes prirent donc leurs jambes à leur cou sauf le porteur de dynamite qui ne suivit pas ses camarades. Il posa ses explosifs par terre à ses pieds, lui même s'étant plaqué contre l'angle d'un bâtiment. Lorsque les cathanes passèrent à côté de lui en poursuivant ses camarades ils ne le remarquèrent pas. Il fit un pas pour entrer au milieu de leur masse et attira leur attention en poussant un grand :
MENSCHEN !
Il poussa du pieds les explosifs au milieu de la grosse douzaine et tira dessus avec son pistolet juste après avoir crié un dernier : "Sic semper tyrranis !"
La détonation mis à terre tous les hommes présents, blessant ou tuant la majorité des présents. L'assassin fut gravement brûlé mais il vivait encore tandis que les soldats cathanes se relevaient et s'occupaient de leurs compagnons.

Il ne restait plus que 3 assassins qui courraient à travers les ruelles dans l'espoir de finalement sortir de la ville. Ils finirent par tomber sur l'une des innombrables patrouilles qui s'étaient mises à quadriller toute l'agglomération après l'annonce de l'assassinat du roi. Les 2 groupes échangèrent des tirs. Un des tueurs était tombé, un autre était blessé au ventre. Tous les soldats avaient rendu l'âme. Songeant qu'ils ne parviendraient plus à fuir, les derniers assassins traversèrent 3 rues avant de se jeter à l'intérieur d'une maison. Il demandèrent au cathane qui s'y trouvait de leur montrer un endroit ou coucher le blessé. Ce dernier fut allongé sur un lit à l'étage, puis le cathane et le crowiste indemne redescendirent.
Le tueur envoya son hôte dans le cuisine vaquer à n'importe quelle occupation pendant que lui-même retournait près de l'entrée pour surveiller les patrouilles. Lors du passage d'une patrouille dans une rue adjacente, l'assassin ne put détourner son regard de la rue pour s'assurer qu'elle ne viendrait pas. Il sentit une vive douleur dans l'épaule et cria.
Il vit le cathane un couteau ensanglanté à la main en se retournant. Alors que celui-ci allait l'attaquer de nouveau, le tueur dégaina son pistolet et lui tira 3 balles dans la tête avant de s'écrouler à cause de la douleur. Lorsqu'il se releva il n'eut que le temps de voir la crosse d'un soldat cathane s'abattre sur son front.
Puis ce fut le noir complet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les 7 Crowistes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les 7 Crowistes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: Aux frontières de Métropolis... [RP] :: La Cathanie [RP]-
Sauter vers: