1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au pied d'un réverbère... devant la caserne.

Aller en bas 
AuteurMessage
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 216
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Au pied d'un réverbère... devant la caserne.   Jeu 26 Juin - 20:18


_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.historyboard.net
Colonel Westmorland
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 216
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Au pied d'un réverbère... devant la caserne.   Jeu 26 Juin - 22:05

Le songe de cette journée tourmentait le capitaine Westmorland:

"Son tabac sentait le soleil, la terre, la résine de pin. L'odeur qu'il affectionnait le plus rester néanmoins celle de la poudre noire mêlée au sang. Cette odeur âcre... l'odeur de la guerre, de la déchirure, de la désillusion. Insupportable pour de nombreuses personnes... des lâches... des faibles...
J’ai tué un homme aujourd’hui. Méritait-il la mort ? J’en doute, mais ce jeune homme est mort dans le cadre du service, donc dignement. NON ! Je n’ai pas de remords à avoir ! Le monde des hommes n'est que violence, il est rythmé par la haine des peuples et le profit alors pourquoi me revendiquerai-je pacifiste ? Je sers la couronne telle que le firent mes aïeux, en dehors de ce… Bon sang comment s’appel-t-il ce ladre là ??"
" Trelawney", siffla-t-il entre ses dents, "le premier de la ligné des Westmorland qui eu une fille, qui se maria elle même à Lord William John Westmorland… Bougre de Trelawney… Un Utopiste !! Un précurseur de ses pourritures d’anarchistes…"

Fenimort contourna son bureau remplit de vieilles cartes de batailles du siècles dernier et alla ouvrir la fenêtre. La fraîcheur de la nuit le pénétra de toute part. Il emplit ses poumons d’air frais. La rage le tenait à présent, et il cria à la nuit noire d’une voix puissante : « CESSE DE ME HANTER BOUGRE DE PIRATE !! JE TE HAIE !!! TU N ES PAS MON SANG » Il vie que dans la rue en contre bas, une jeune femme entonnait un air agréable. Elle et un homme, se tenant à quelques mètres, le regardé à présent avec curiosité ...Il voulu leur dire quelque chose mais sa vision se troubla, son corps tout entier tremblait, un frison remonta son épine dorsale et il s’effondra sur le sol et l’inconscience prit cet homme tourmenté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 216
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Au pied d'un réverbère... devant la caserne.   Ven 27 Juin - 4:47

Et dans la tièdeur de cette nuit d'été, on pouvait entendre...

Vor der Kaserne
Vor dem großen Tor
Stand eine Laterne
Und steht sie noch davor
So woll'n wir uns da wieder seh'n
Bei der Laterne wollen wir steh'n
Wie einst Lili Marleen. (bis)
Unsere beide Schatten
Sah'n wie einer aus
Daß wir so lieb uns hatten
Das sah man gleich daraus
Und alle Leute soll'n es seh'n
Wenn wir bei der Laterne steh'n
Wie einst Lili Marleen. (bis)
Schon rief der Posten
Sie blasen Zapfenstreich
Das kann drei Tage kosten
Kam'rad, ich komm sogleich
Da sagten wir auf Wiedersehen
Wie gerne wollt ich mit dir geh'n
Mit dir Lili Marleen? (bis)
Deine Schritte kennt sie,
Deinen zieren Gang
Alle Abend brennt sie
Doch mich vergaß sie lang
Und sollte mir ein Leids gescheh'n
Wer wird bei der Laterne stehen
Mit dir Lili Marlene? (bis)
Aus dem stillen Raume,
Aus der Erde Grund
Hebt mich wie im Traume
Dein verliebter Mund
Wenn sich die späten Nebel dreh'n
Werd' ich bei der Laterne steh'n
Mit dir Lili Marlene? (bis)

************

« Devant la caserne
Quand le jour s'enfuit,
La vieille lanterne
Soudain s'allume et luit.
C'est dans ce coin-là que le soir
On s'attendait, remplis d'espoir
Tous deux, Lily Marlène. (bis)
Et dans la nuit sombre
Nos corps enlacés
Ne faisaient qu'une ombre
Lorsque je t'embrassais.
Nous échangions ingénûment
Joue contre joue bien des serments
Tous deux, Lily Marlène. (bis)
Le temps passe vite
Lorsque l'on est deux !
Hélas on se quitte
Voici le couvre-feu…
Te souviens-tu de nos regrets
Lorsqu'il fallait nous séparer ?
Dis-moi, Lily Marlène ? (bis)
La vieille lanterne
S'allume toujours
Devant la caserne
Lorsque finit le jour
Mais tout me paraît étranger
Aurais-je donc beaucoup changé ?
Dis-moi, Lily Marlène. (bis)
Cette tendre histoire
De nos chers vingt ans
Chante en ma mémoire
Malgré les jours, les ans.
Il me semble entendre ton pas
Et je te serre entre mes bras
Lily...Lily Marlène. (bis) »

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.historyboard.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pied d'un réverbère... devant la caserne.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pied d'un réverbère... devant la caserne.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Civil devant le tribunal criminel
» Devant la Cathédrale
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non
» Trouver chaussure à son pied...
» L'un des fils de Sarkozy devant un tribunal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: Le quartier de la sûreté [RP] :: La Caserne [RP]-
Sauter vers: