1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 une discution dans les jardins...

Aller en bas 
AuteurMessage
Colonel Westmorland
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 216
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: une discution dans les jardins...   Lun 28 Juil - 19:30

Ces vêtements civils l’agaçaient. Mais c’était la seul solution si il ne voulait pas être reconnu… Il avait du se séparer de son épée et de son uniforme car une importante rencontre l’attendait. En effet, De Roop lui avait donné rendez-vous au parc au bout de la place ; un coin de verdure tranquille apprécié des poètes et des amoureux… mais aussi des êtres démoniaque tel De Roop ou Westmorland.
Sur son destrier noir, il dominait les passants dans la rue pavé. Il déboucha sur la place où se tenait le marché quotidien. Le parc était enfin en vue… Il poussa son cheval au petit trot et le remit au pas une fois aux grilles. Quand il mit pied à terre , il ne put retenir un soupir. Seul, dans une ville grouillante d’anarchistes et de socialistes, sa vie était en jeu… bien que sa paire de pistolets se trouvait dans sa sacoche. Il remit sa monture à un palefrenier à l’air abruti et s’engagea dans un chemin. Il alluma un cigare et prit la direction du kiosque. Dans l’abri de bois se tenait le sombre homme d’affaire.


Dernière édition par Capitaine Westmorland le Lun 28 Juil - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave de Roop
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: une discution dans les jardins...   Lun 28 Juil - 19:54

Octave plia le journal financier qu'il parcourait et derrière lequel il cachait à la foule son visage terne. Il salua brièvement Westmorland et se rapprocha de lui :

- Des oreilles traînent un peu partout, parlons le plus bas que nous le pourrons. Venez.

Se reculant jusque sous le kiosque, Octave scrutait les alentours nerveusement. Après avoir prit une profonde inspiration, il dit :

- Le président Johnson Howard de la Continental Railroads arrive dans les jours prochains à Métropolis... Les temps sont durs, vous le savez autant que moi. Et si ce n'est ce vent du nord, mordant et glacial, qui d'autre nous annoncerait notre fin ? Des mouvements révolutionnaires florissent aux quartes coins de la ville... Le souffle de révolte pousse même jusque sous les toits de mes usines, où les syndicats poussent comme le chiendent... Nous nous devons de réagir.

Il désigna l'Hotel de Ville avec son journal :

- Le gouvernement se forme lentement... Il prend ses marques, et nous devons faire de même. Puisque ces bâtiments sont contrôlés par des démocrates, nous sommes en droits de réclamer des sièges. En attendant les prochaines élections, nous devons nous unir pour mettre à bas cette organisation malsaine qu'est la CNST... Vous avez comme moi vu les premières manifestations haineuses devant les grilles de la caserne ? Ce Lee Crow, il est leur chef, leur leader. Nous devons nous en méfier. Je pense pour ma part participer activement à ces élections, en me faisant épauler par quelques viennois de mes amis, et de brillants lauréats politiques.

De Roop marcha lentement jusqu'à un banc sur lequel il posa un pied. Il planta son regard clair sur l'horizon, de telle sorte qu'on ne sut dire quel point imaginaire il regardait.

- Monsieur Westmorland, nous sommes en pleine révolution. Mais la révolution, celle qui est en train d'avoir lieu, est incolore, inodore. Elle est immatérielle, impalpable... C'est une lutte des nerfs, des idées, des procédés. Nous sommes encore dans sa dimension théorique... Pour ma part, je chante encore les louanges de l'Ancien Régime pour mettre dans notre Etat des hommes tels que vous, qui seraient susceptibles de ramener l'ordre dans cette ville. Mais je ne voudrai pas d'un monarque absolu... Ainsi quand nous auront obtenu des places au gouvernement, nous auront l'occasion de reparler âprement de certaines choses.

Je crois plus qu'en Dieu et plus qu'aux Rois, au progrès économique. Je pense que l'univers de l'industrie est bien plus que tout le reste l'avenir de notre monde, ce pourquoi tout homme de science doit croire. C'est ce qui nous sortira de cette crise populaire, du marasme économique et qui nous guérira de tous nos maux. En cela, monsieur le capitaine, je suis progressiste.

_________________
------------------------------------------
Octave de Roop - In Gold He Trust
[L'homme de 1837 calcule au fond de son bureau victorien. Sa Victoire se dessine...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colonel Westmorland
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 216
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: une discution dans les jardins...   Lun 28 Juil - 20:35

Westmorland l’avait écouté sans mots dire… Cet homme était vraiment remarquablement étrange. Etrange… oui mais pas désagréable. Son esprit avait une autre vision des choses. Cela plaisait à Westmorland. Il était convaincu qu’il fallait sortir de la dictature du Bien et du Mal, qui était, à son avis, des notions idiotes et sans intérêts.

- Cher monsieur De Roop il va de soit que les Rois ne sont que des pions… Ils n’ont plus aucun pouvoirs, ou presque et cela n’est pas pour me déplaire… Toutefois, se sont des pions extrêmement puissants. Malheureusement pour eux, il ne se battent pas pour servir leurs propres intérêts car il s’en suivrait une révolution dans les semaines suivantes… Non ils sont aujourd’hui obliger de servir les intérêts de leur peuple et de leur nation. Il sont donc contraint d’avoir recourt à des personnes extérieur pour satisfaire leurs intérêts propres… Prenons par exemple le Roi d’Angleterre... ou plutot depuis peu la Reine... mais c'est pareil. Votre compagnie, a fournit à la couronne les capitaux et les matériaux nécessaires à la construction de ses lignes de chemin de fer dans ses colonies d’Asie. Le Roi... enfin la Reine... je ne m'y ferai décidément jamais... Bref la Reine pense tirer énormément de profit de cela car elle affrète souvent des convois de navires marchands pour les Indes et le chemin de fer fait gagner un temps précieux !!

Il laissa un peu de temps à De Roop pour encaisser le tout puis il poursuivit…

- La couronne ne vous à pas oublier et vous a anobli… Vous êtes désormais Sir Octave De Roop… Vous allez bientôt recevoir une lettre officielle… Je suis au courant avant vous car je suis moi même un Lord et je possède de se fait un siège au Parlement. J’ai donc était prévenu en avance.

Suite à cela, j’ai d’ailleurs une requête à vous formuler… Vous pourriez persuader l’Angleterre de faire pression sur Tréviso pour qu’il me restitue mes fonctions. Un des moyen de pression serait de faire le Boy Cott des produits manufacturés de Métropolis. Une vague de chômage toucherait la région et Tréviso serait foutu dehors pour incompétence…
De plus, le Roi... arg... décidément... La Reine me soutient dans mon action contre l’indiscipline et les anarchistes ( dont il a horreur) et je viens d’être nommé Colonel pour « service rendu à la nation ».

Alors De Roop qu’en dites vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave de Roop
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: une discution dans les jardins...   Mar 29 Juil - 11:46

- Colonel... Je vais voir ce que je peux faire pour vous. Soyez certain que j'adresserai personellement un courrier au gouvernement anglais. Pour ce qui est de boycotter les produits manufacturés de Metropolis... C'est une autre affaire, dont je m'occuperai plus tard. Je crains fort qu'en ayant obtenu le monopole européen je ne me sois attiré les foudres du Conseil. Je risque sans nul doute de passer au Tribunal de Commerce... Mais j'ai confiance en la Justice de mon pays. Ah, ah.

Contrecoup de cette chaude journée, un éclair déchira le ciel, et le vent se leva.

- Je pense qu'il va pleuvoir sous peu, je vais rentrer. Avant cela, puis-je compter sur votre soutien aux elections ? Je pense présenter ma candidature dans les mois qui viennent. Je veux une union forte de tous les grands de ce pays, vous savez.

_________________
------------------------------------------
Octave de Roop - In Gold He Trust
[L'homme de 1837 calcule au fond de son bureau victorien. Sa Victoire se dessine...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colonel Westmorland
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 216
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: une discution dans les jardins...   Mar 29 Juil - 12:31

Westmoralnd regarda à son tour le ciel et fronça les sourcils...

"- Bien entendu vous avez mon soutient mais j'ai peur que ce Crow ne les remporte... Il est très aimé du peuple et il a l'aval de Tréviso..."

Il poursuivit plus bas:

" - Il commence d'aillieurs à se faire dangereux. Sa disparition nous enlèverait une grosse épine du pied. Enfin nous reparlerons de cela plus tard... "

Il serra la main de De Roop et partit en direction de l'écurie. Un café bien fort et un cigare seraient les bienvenue . Le tailleur de Tréviso devait être maintenant arrété et étroitement surveillé par quelques un de ses sbires de la CRA. Westmorland sourit à cette idée... Il allait se vengé de ce petit président du conseil!!

_________________
Un mort est une tragédie, un million de morts est une statistique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: une discution dans les jardins...   

Revenir en haut Aller en bas
 
une discution dans les jardins...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RP commun : Pâques [dans les jardins du Lycée]
» Promenade dans les jardins. [ Aelalia ]
» DES JARDINS A VISITER
» Moustique et caméléon, semblables dans leur secret [Livre 1 - Terminé]
» Association Jardins du Monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: La place [RP] :: Le parc [RP]-
Sauter vers: